LIMOUX LSR NEWSLETTER JUILLET 2021

Home Infos Uncategorized LIMOUX LSR NEWSLETTER JUILLET 2021

LIMOUX LSR NEWSLETTER JUILLET 2021

Nous avons décidé la création de notre groupe LSR de Limoux après avoir rencontré Gary Kilmer à une assemblée générale de LSR de Nizas au cours de l’été 2018. Gary nous a suggéré de nous unir aux deux autres groupes du Minervois qui soutenaient déjà la Cimade de Carcassonne.

 

L’histoire de LSR racontée par Gary Kilmer

Enfants profitant pleinement d’une fête organisée par une équipe du groupe LSR de Caunes. Pour collecter des fonds pour LSR, le groupe avait déjà organisé une garden partie, une partie de campagne, une vente d’art aux enchères et un appel de fonds sur Internet.

 

Languedoc Solidarité avec les Réfugiés (LSR)

fut le résultat de l’action d’une jeune femme choquée face aux souffrances et aux injustices que devaient affronter les réfugiés syriens. Elle exprima alors ses sentiments sur Facebook dans un post qu’elle publia dans le groupe Ladies in the Languedoc, invitant quiconque partageait ses sentiments à se rassembler sur sa terrasse près de Pézenas en septembre 2015 afin d’envisager l’éventualité de faire quelque chose.

Neuf personnes, américaines, anglaises et canadiennes, se sont ainsi rassemblés et ont décidé de passer à l’action en collectant et en distribuant de la nourriture et d’autres produits de première nécessité aux familles de réfugiés installées dans des  »squats » à Béziers. Il s’agissait de personnes victimes des  »lacunes » de la bureaucratie française dont ils avaient été exclues sans aucun droit au système d’aides officielles.

Un groupe à Caunes-Minervois a organisé la première manifestation de collecte de fonds pour LSR dans le jardin de  Gill Pound en 2016. A partir de cette manifestation, le nombre de membres s’est accru dans l’Aude : il y a aujourd’hui pas moins de trois différents  groupes rattachés à LSR à Caunes, Olonzac/Homps et Limoux en étroite collaboration avec la Cimade de Carcassonne pour fournir mensuellement des aides diverses à près de trente familles de réfugiés.

Les membres français et expatriés de LSR se sont multipliés au fur et à mesure de nos actions. Des partenariats avec d’autres organisations se sont créés, parmi lesquels en particuler la Cimade de Béziers et de Carcassonne, ainsi que plusieurs autres associations locales. Nous avons travaillé tous ensemble pour faire connaître au public  les difficultés des réfugiés, protester contre les injustices des tribunaux et des administrations, ainsi que pour collecter des fonds et aider les familles à se loger et à se nourrir. D’autres actions ont été menées au cours du temps pour fournir une aide matérielle et financière aux familles de réfugiés en France et à l’étranger.

LSR continue de livrer de la nourriture aux familles de réfugiés originaires du Moyen-Orient, d’Afrique, d’Asie Centrale et du Sud ainsi que d’autres régions du monde et compte un réseau de membres et amis d’environ 250 personnes dans toute l’Occitanie et au-delà. Un groupe Facebook totalisant plus de 1000 membres qui fonctionne comme un Forum est ouvert aux individus et aux organisations avec les mêmes centres d’intérêt.

Gary Kilmer répond à quelques questions:

Les demandeurs d’asiles ont-ils le droit de travailler ?

“Celles et ceux qui ont obtenu le statut de réfugiés ont en théorie le droit de travailler au bout de six mois. La difficulté est de trouver un employeur qui accepte d’affronter le difficile processus d’obtention du droit de les engager. La plupart d’entre eux sont occupés à apprendre le français et à se rendre aux convocations de l’OFFI* ou de l’OFPRA** pendant cette période et ont très peu de perspectives d’embauches. Lorsqu’ils sont déclarés  »déboutés » ou  »dublinés », ou encore bien sûr  »expulsés », ils perdent ce droit et il devient alors complètement illégal pour nous (ou pour quiconque) de leur offrir un emploi – ce, même en échange de nourriture ou d’un logement – Le moins que l’on puisse dire est que la vie est dure pour eux. » 

*L’Office Français de l’immigration et de l’integration.

**L’Office Français de protection des réfugiés et apatrides

A quel point est-ce difficile d’obtenir le droit d’asile en France ?

“Toutes les situations sont différentes. Je connais des Syriens qui sont arrivés sans aucun visa – la plupart par l’Espagne, et qui ont obtenu leur visa d’immigration au bout d’un an environ. J’en connais d’autres dont le destin semblait être de vivre indéfiniment dans les franges illégales de la société et de l’économie. Je compte surtout sur nos amis de la Cimade de Béziers pour résoudre pour nous ce genre de problèmes mais nous avons également travaillé avec quelques excellents avocats, et certains de nos membres (principalement français) ont mené un combat main dans la main avec des réfugiés contre le système et ont fini par gagner. »

 

 

 


Add comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.