Communiqué de presse

Home Infos Uncategorized Communiqué de presse

Communiqué de presse

Communiqué de presse

Renvoi d’une famille syrienne de la France vers l’Espagne sous règlement Dublin. Les groupes de soutien se mobilisent pour que le Préfet reconsidère sa décision. 

Mise à jour

Hérault, France, 14 avril 2016

Des soutiens locaux d’une famille syrienne ont rencontré, hier, le 13 avril, des membres importants du personnel de la préfecture de Montpellier, pour discuter du cas de la famille Al Elfi, à qui on avait ordonné de quitter la France, et cela en les prévenant seulement un jour ouvrable à l’avance.

Ils ont remis une pétition, signée par plus de 2000 personnes, demandant à ce que M le Préfet reconsidère leur cas.

Gary Kilmer, Président du collectif Languedoc Solidarité avec les Réfugiés, explique :

« La personne que nous avons rencontré, responsable au département des demandes d’asile, nous a assuré qu’elle lirait notre pétition et la transmettrait au préfet, qui a le pouvoir de revenir sur sa décision, bien qu’elle ne nous ait laissé que peu d’espoir sur nos chances d’obtenir une révision. »

Ce cas représente une rupture dans la façon dont les réfugiés ont été traités dans la région de Béziers. Les familles squattant à la Devèze, qui étaient également passées par l’Espagne, ont obtenu une dérogation au règlements de Dublin, et ils sont actuellement considérés comme demandeurs d’asile, ici, en France .

S’interrogeant sur cette différence de traitement, il nous fut répondu que « C’était un groupe à part, les familles squattant à la Devèze ont été traitées séparément. »

La famille Al Elfi avait fait le choix de ne pas occuper illégalement la Devèze, mais de maintenir toutes ses actions dans le cadre de la loi, dans l’espoir que cela faciliterait leurs démarches pour être autorisés à rester en France le plus rapidement possible.

Bassie Scott, porte parole de Languedoc Solidarité avec les Réfugiés, a commenté :  « Nous sommes profondément choqués de cette discrimination flagrante envers une famille qui souhaitait respecter les lois françaises, et se voit pénalisée pour cela. »

Languedoc Solidarité avec les Réfugiés va continuer à soutenir l’appel de cette famille, avec l’envoi d’une lettre au Ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, pour demander son intervention dans ce cas

Hérault, France, 13 avril, 2016 

Une famille de réfugiés Syriens installée dans l’Hérault avec trois enfants s’est vue brusquement sommer de quitter le territoire sans raison cohérente. Ils sont arrivés en France en Février après un long périple par l’Espagne et depuis lors, se sont conformés à toutes les obligations administratives exigées par le gouvernement français. Le lundi 5 avril, leur demande de candidature au droit d’asile en France a été refusée de façon inexplicable au seul motif que le père avait ses empreintes digitales enregistrées en Espagne – ce qui entraînait de fait l’application du règlement Dublin. Leurs passeports leur ont alors été confisqués et on leur a dit qu’ils avaient 30 jours pour faire appel auprès du Tribunal Administratif de Marseille. Trois jours plus tard seulement (7 avril), ils ont été convoqués au commissariat de police pour y récupérer leurs passeports mais une fois sur place, on leur a ordonné de retourner en Espagne le lundi (11 avril) et on leur a dit que leurs passeports ne leur seraient rendus qu’à l’aéroport.

Cette précipitation (un seul jour ouvré) leur enlève de fait toute possibilité de faire  appel et empêche la mère de se rendre à des rendez-vous planifiés la semaine prochaine pour y recevoir des soins médicaux. Cette décision constitue une exception inattendue de l’application du règlement Dublin par rapport à d’autres cas antérieurs. Elle entraîne pour cette honnête famille des conséquences dramatiques aussi bien psychologiques que physiques. 

Depuis leur arrivée en France, cette famille a reçu le soutien d’une association locale (Languedoc : Solidarité avec les Réfugiés) et celui d’une autre famille de réfugiés avec laquelle ils sont amis depuis de nombreuses années. Cette famille est ambitieuse, stable et prête à tous les efforts pour se créer une nouvelle vie en France. 

Ils ont passé plus de quatre ans sur les routes depuis leur départ de Homs en Syrie. On entend beaucoup parler dans la presse du nombre étonnamment restreint de réfugiés souhaitant s’installer en France. Voici une famille extrêmement motivée pour s’y installer et s’y intégrer, la mère parlant déjà couramment le Français. On est en droit de se demander pourquoi on refuse aujourd’hui de les accueillir et de leur offrir une nouvelle patrie.  

Languedoc Solidarité avec les Réfugiés a lancé une petition:   http://tinyurl.com/zy8oxnj

Contact: 

PIERRE NAMIA     0 6 12 36 08 17 piernamia@aol.com

Lynda Scott  0 6 51 46 45 82, 0 4 67 25 11 03  lyndascottuk@yahoo.co.uk

 

 


Comments (1)

  • kayak pour le droit à la vie

    Le « deux poids deux mesures » des décisions administratives sont souvent motivées par les responsables de celles-ci à l’insu du droit, de la morale et de l’humanité. La tête du client (pourquoi celui-ci et non un autre?) semble parfois être le life motif de ces décisions complètement incompréhensibles. L’exemple, étant la seule raison plausible à ce genre d’injustices.
    Le mouvement citoyen « Kayak pour le droit à la vie » se lève contre ce genre actions prises à l’emporte pièce et demande le respect des mêmes lois pour tous ou le changement de celles-ci. « Dublin III » doit être éradiqué des traités européens!!! Il a été l’excuse de toutes sortes d’exactions et de crimes. Cela doit cesser et cela cessera. Les lanceurs d’alerte que nous sommes s’en chargeront.

    Avr 15, 2016

Add comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.